Latina Mag – N°56 – Octobre 2005 : Salsabor, une école à l’honneur

« Salsabor, une école à l’honneur ! »

« C’est au premier pas que les bonnes habitudes se prennent. »

Latina’mag : Si on dit Salsa à Paris, danses afro-caribéennes, formation professionnelle, cours enfants et ados, spectacles professionnels, voyages, Mondial de la Salsa… Bien sûr, on pense « Salsabor », mais en pratique, pour ceux qui n’ont jamais mis un pied à l’académie c’est quoi Salsabor? Salsabor : Si l’on parle enseignement, Salsabor c’est l’école de l’Excellence qui ne cesse de produire de bons danseurs et danseuses « de social et de clubbing ». Ceux là même qui se réjouissent d’une soirée avec une programmation variée, qui vont passer un moment de plaisir à danser, siroter un verre, séduire lors d’une danse inspirée, bref retrouver un soir l’ambiance latino ou afro-caribéenne typique. Pour les vrais débutants qui nous rejoignent au cours de toute la saison, nous leur réservons la plus grande attention et les cours les plus recherchés ! C’est au premier pas que les bonnes habitudes se prennent. Le débutant est pris en charge pédagogiquement très tôt et se voit proposer un accompagnement sur 4 axes essentiels à la construction de sa personnalité de danseur :

1. La musique, son rythme, sa structure, ses accents et ses humeurs

2. La technique comme outil pour l’exécution de figures, de tours et de jeu de jambes avec aisance.

3. Le style à travers un travail sur l’esthétique des bougés

4. L’authenticité en puisant dans les danses d’origine telles l’afro cubain, le son etc.

Ces 4 aspects essentiels construisent le vrai danseur; celui qui ne s’arrête pas à la technique mais qui sait entrer dans la musique, s’adapter à l’autre, se raconter à travers la danse, être dans la finesse et l’élégance. Le cours de styling, un peu de civilisation, voire des voyages au coeur de l’authenticité font TOUTE LA DIFFERENCE. Les soiréesà Paris sont devenues des pratiques où l’on répète ses passes et où l’on performe… L’opposé même de l’esprit originel. Pas étonnant que les vrais latinos désertent ces lieux.
Latina’mag : Mais que proposez-vous pour rendre à cette danse son identité?
Salsabor : Nous proposons à nos élèves du « live » dans nos évènements, organisons des voyages en les amenant au coeur de la culture, en leur donnant plus que des passes et des shines dans nos cours. Dès octobre, nous organisons des après-midis dansants où culture et esprit de fête se mêlent. Au programme, stage de danse, projection de documentaires, brunch et voyages à travers toutes les danses que l’on fait chez nous: salsa, bachata, samba, reggaeton, meringue, chachacha. La fête est au rendez-vous !
Latina’mag : Ho la la mais il faut passer sa vie chez Salsabor? Salsabor : C’est du « all inclusive » : avec un seul forfait vous pouvez faire toutes les danses, choisir 7 lieux, participer à des stages sans payer plus et passer des apès-midi rainings. Cette année nous avons ajouté du Tango, de la Samba et de la Salsa cubaine au planning avec dans chaque discipline les meilleurs professeurs.
Latina’mag : On m’a dit que les gens venaient chez Salsabor pour au moins 6h de cours par semaine voire 9h par semaine.
Salsabor : Il y a des formules Liberté où tu viens quand tu veux à des prix super dégressifs! Il y a aussi des formules uniques à Salsabor ou tu progresses en étant suivi dans ton enrichissement par les 15 professeurs tous formés à notre pédagogie unique. Latina’mag : Et pour les gens qui ne peuvent pas venir régulièrement 2 heures par semaine Salsabor : Contrairement aux formules en vigueur ailleurs, les nôtres donnent accès à tous nos stages thématiques, des mises à niveaux les week-ends et lors des stages d’été. Pas besoin de payer! Latina’mag : Enfin je crois que vous avez un superbe nouvel espace? Salsabor : Oui ! Salsabor Studio Paris est au 31 rue Chapon. Le confort absolu pour pratiquer sa passion ! Nous sommes aussi dans les magnifiques fitness clubs Vit’Halles: Beaubourg, Nation, Raspail, Batignolles et Porte Dauphine.

Salsabor, une école à l'honneur

 

Auteur : LATINA MAG – Nº56 – OCTOBRE 2005

Inscription à la newsletter